Une indispensable clairvoyance….

L’actualité,
dans sa cruelle expression,
nous impose d’ouvrir les yeux.

En nous offrant une indispensable clairvoyance
Au-delà de l’impact émotionnel du quotidien…

L’évidence,
malgré tout, n’implique pas
d’y voir clair.
Ou plutôt,
d’y voir vrai.

L’urgence humanitaire qui,
comme le reste des évènements
du monde moderne,
s’exprime dans une dynamique mondiale,
vient de nous sauter aux yeux…

Pour être lucide,
elle ne date pas d’aujourd’hui…

Mais,
disons que c’est aujourd’hui
que nous la voyons.

Vraiment.

Pour quelle raison, d’après vous ?

Pour quelle raison, d’après vous,
sommes-nous interpellés
par cette détresse humaine
qui se crie ?

Pour quelle raison, d’après vous,
sommes-nous sensibles
à ce que le monde engendre de pire ?

Depuis aujourd’hui, en fait…

Pensez-vous que le drame
de ces migrants soit pire
aujourd’hui qu’il y a quelques mois ?

La réponse est non,
bien évidemment.

Pourtant ce séisme
induit par la photo
de cette insoutenable réalité
a quelque chose de neuf.

Alyan, ce petit enfant
noyé en mer
par un monde qui perd
le sens de l’ Amour,
nous met face
à ce que nous ne pouvons pas réduire.

Jusqu’à aujourd’hui,
le réflexe politique spontané
des communautés occidentales
induisait de comptabiliser
les flux migratoires
et de tenter de les régler
en y apportant une réponse
politiquement correcte.

C’est à dire,
en confrontant les impératifs de chaque pays
à une esquisse d’ identité européenne
qui aurait pu fournir
un remède extra-national commun.

Un remède suffisant
pour endiguer
une réalité comptable.

Avec autant d’efficacité
que les décisions prises
le 1er janvier
pour l’année à venir.

Pourquoi, d’après vous,
cette sensation de léthargie,
d’inefficacité,
d’impossible solution ?

Pour une raison.

Simple et imparable.

Parce que nous n’étions pas vraiment concernés…

Enfin si !…

Dans les nuisances imaginaires induites.

Mais nous n’étions pas concernés
pour les bonnes raisons.

Parce que tous ces migrants
correspondaient
à une addition croissante,
un peu plus chaque jour,
de données arithmétiques.

Vides de tout sens autre
que mathématique.

Le sacrifice d’Alyan
nous impose une révolution
dans notre regard.

Il nous emporte
à reconsidérer totalement
l’actualité.

Pour une raison simple.

Parce qu’il nous renvoie
une dimension particulière
de cette tragédie
du monde moderne.

Il nous oblige à voir
l’absurde de ce sacrifice
de l’innocence de l’enfance.

il nous impose d’accueillir
en nous l’humanité
de ce coeur de vie,
de cet Amour assassiné.

Nous sommes tous Alyan.

Morts sur une plage.

En mettant un visage,
un visage de pureté immaculée,
sur cette réalité,
nous nous identifions à lui,
nous découvrons l’horreur
que vivent ces femmes, ces enfants, ces hommes
jetés sur les routes,
jetés sur les mers,
jetés, comme une honte,
à la face du monde entier.

Comme s’il s’agissait de nous-même.

Le contact à notre sensibilité
fait naître,
dans nos émotions,
ce réflexe de survie
qui, d’un coup d’un seul,
nous impose d’agir.

Vite et fort.

Et, comme souvent,
la rue a plus de force
que le politique.

Disons que le politique
emboite le pas de la rue…

Alyan,
dans son sacrifice,
est devenu immortel…

D’autant plus immortel
qu’il a toujours existé.

Tous les épisodes
de tragédie humaine
ont leur Alyan.

Le monde moderne
les a immortalisés.

Au travers de photos,
de témoignages,
de mémoire collective.

Je n’en citerai aucun,
faute de ne pouvoir les citer tous.

Mais vous avez forcément
ces souvenirs au fond de vous.

Je n’entrerai pas
dans l’analyse approfondie
des raisons originelles
de cette catastrophe humanitaire.

Beaucoup d’écrits ont été produits.

Par des spécialistes de renom.

Je voudrais néanmoins
vous inviter à une réflexion
autour de trois témoignages.

Tout d’abord, celui de Sylvie Kauffmann,
journaliste au Monde :
Migrants, une faillite collective.

Puis celui de Guy Sorman :
Les réfugiés d’aujourd’hui me rappellent mon père fuyant le nazisme.

Et, enfin, celui de Fatou Diome :
Intervention dans l’émission « Ce soir ou jamais »

Aujourd’hui, au contact de cette indispensable clairvoyance,
il est urgent de construire autrement la vie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *